American Gods saison 1 en streaming !

American Gods saison 1 en streaming !

mai 14, 2018 0 Par Ninja Scroll

À l’un des nombreux moments de tension dans “American Gods”, un personnage nommé Shadow Moon plaide auprès de son employeur, M. Wednesday, en disant plus ou moins : “Je ne donne pas de figue s’ils n’ont pas d’indice. J’en veux un. Donnez-moi un indice.” Cela se produit au début de l’épisode 2, date à laquelle les téléspectateurs pourraient en vouloir un aussi.

Comme le très apprécié roman de Neil Gaiman de 2001 sur lequel il est basé, “American Gods”, qui commence le dimanche sur Starz, est un creuset de thèmes, de styles et d’influences. Il y a un truc de racines américaines, avec des personnages qui traversent le cœur du pays et Bob Dylan, le groupe et Creedence Clearwater Revival sur la bande sonore – comme un ” Surnaturel ” beaucoup plus sérieux, annoté par Greil Marcus.

Image
Ian McShane, à gauche, et Ricky Whittle dans l’émission.
Il y a un thème de déplacement opportun et fortuit, dans lequel la présence en Amérique de certains des dieux du titre – avatars humains de divinités des traditions nordiques, africaines, slaves, indiennes et autres – semble être liée aux expériences des immigrants, des explorateurs ou des esclaves de ces régions.

Mais surtout, “American Gods” s’inscrit dans la catégorie de la fiction spéculative de la variété dure et violente. Les courants de sang et les courants de sang occasionnels rappellent “Game of Thrones” et “True Blood”, bien que le spectacle ne partage pas le style de narration linéaire de ces fantasmes HBO.

Il s’agit plutôt d’émissions qui favorisent les fractures, retiennent les récits, arrêtent les visuels (qu’ils servent l’histoire ou non) et un sentiment général d’effroi. Parmi les comparaisons récentes, aucune n’est parfaite : “Outcast” sur Cinemax, “Emerald City” sur NBC et “Preacher” sur AMC. De plus, NBC a annulé “Hannibal”, ce qui est logique – son créateur, Bryan Fuller, a développé “American Gods” avec Michael Green.

Et en termes de style, M. Fuller s’est surpassé sur “Gods”. C’est toujours accrocheur, parfois bruni, pittoresque et parfois désorientant, grotesque. (Les membres coupés sont un motif récurrent.) Mais lui et M. Green ont aussi repoussé les limites de l’énigme et du récit. Grâce aux quatre épisodes (sur huit) disponibles pour examen, les téléspectateurs qui n’ont pas lu le livre de M. Gaiman n’auront qu’une idée très vague de l’orientation de l’intrigue.

Ils sauront que Shadow (Ricky Whittle), tout juste sorti de prison, prend la route avec M. Wednesday (un droll Ian McShane) pour une mission d’un but non spécifié mais d’une grande importance qui emmène les deux vers Chicago. Ils ne sauront pas comment cela se rattache à d’autres séquences impliquant un homme de fantaisie en néon sur un bateau d’esclaves, un génie gay aux yeux de flamme dans le New York d’aujourd’hui ou une femme qui prend des hommes pour une forme de sexe prédateur unique.

Ceux qui ont lu le roman, ou qui ont lu sur le roman, peuvent supposer (spoiler alert) qu’une bataille menace qui opposera Shadow, M. Wednesday et les autres dieux de l’ancienne école à un équipage de nouveaux dieux représentant les pires aspects de la culture américaine moderne. Savoir cela pourrait être crucial pour réussir les départs, les arrêts et les sauts latéraux des premiers épisodes.

Si vous êtes prêt à attendre que l’histoire prenne forme, il y a des compensations. L’action ronronne, même si on ne sait pas où elle va, et il y a une pointe d’humour bienvenue (pas très abondante dans ce genre), surtout dans les performances de M. McShane et Pablo Schreiber en grand Irlandais qui se dit leprechaun. Gillian Anderson se présente, avec délice, comme l’un des nouveaux dieux, qui prend la forme de Lucy Ricardo dans “I Love Lucy” et parle à Shadow à partir d’un écran plat.

EDITORS’ PICKS

45 Histoires de sexe et de consentement sur le campus

Le guerrier ninja de la Cour suprême.

Les enfants de l’épidémie d’opioïdes
Les fils narratifs insaisissables des “Dieux américains” ont une sorte de sens structurel : L’ombre, plongée sans avertissement dans le royaume des dieux, est déconcertée par tout ce qu’il voit, et nous faisons l’expérience de son désarroi. Si vous prenez à l’exposition dépendra de si vous êtes aussi patient que Shadow quand il s’agit d’obtenir un indice.